Sélectionner une page

Dans mes discussions avec mes élèves, entre amis ou en famille, j’en viens souvent à répéter que les asanas ne sont que la partie immergée de l’iceberg. La pratique va bien au-delà de la respiration, des mouvements et de la concentration ou de la méditation.  Un mode de vie sain (incluant une alimentation végétarienne), et des principes éthiques sont la base du yoga. 

Le yogi a à sa disposition quatre voies de pratique qui permettent le développement complet du corps, du mental et de l’âme. Je vous propose aujourd’hui de les explorer un peu, et je reviendrai dans d’autres articles sur certains points précis.

Karma Yoga: la voie de l’Action (Karma = action)

Le Karma Yoga n’est rien d’autre que le service désintéressé, dans le sens où l’on fait quelque chose pour d’autres, sans rien en attendre en retour. Il s’agit ici de se détacher du fruit de ses actions, et donc de son ego. En tant que parents par exemple, nous pratiquons quotidiennement le Karma yoga: nous prenons soin de nos enfants parce que nous voulons leur bien. Pas parce que nous espérons que nous en serons récompensés. 

Le Karma Yoga se pratique avant tout dans une attitude positive, en gardant l’esprit ouvert sur les tâches à accomplir. Les actions sont entreprises avec joie, et ne sont pas envisagées comme des corvées.  Cela peut paraitre étrange comme point de vue surtout quand il s’agit de tâches ingrates, comme nettoyer les salles de bain par exemple. Mais en réalité, si l’on fait abstraction du notre jugement sur ce qui est « agréable » ou non, et que l’on s’attache à le faire avec de la bonne humeur, en mettant notre action au service de tiers et en étant pleinement présent, cela change totalement la perspective de ce que nous sommes en train de faire. 

Le Karma yogi va ainsi à aider les autres, et oeuvrer pour le bien de la collectivité, mais ne recherche pas à le mettre en avant. Il sait aussi qu’il a une place et un rôle qui l’attend: il est par exemple peut-être plus utile de prendre soin de sa voisine âgée, plutôt que de laisser sa famille pour une longue période et aller travailler dans un centre humanitaire à l’autre bout du monde.

Bhakti Yoga: la voie de la Dévotion

Il s’agit ici clairement d’une voie tournée vers la spiritualité. Traditionnellement, ce sont les divinités hindoues qui sont mises en avant, mais dans les faits, la pratique est ouverte à toute forme de croyance. 

Dévotion ici ne signifie pas se dévouer corps et âme à un dieu ou une figure en particulier et rejeter les autres. La dévotion ici ne signifie pas non plus supplier une divinité pour avoir plus d’argent, pour rester en bonne santé ou réussir une tâche particulièrement difficile… Il s’agit plutôt de chercher, en s’ouvrant au mystique, à sentir la présence de quelque chose de plus grand qui nous dépasse et à vivre dans l’amour inconditionnel et infini. Il n’y a pas de fruits à en attendre en retour. 

Plusieurs pratiques sont rattachées au Bhakti Yoga, dont la principale est le chant de mantras.

Raja Yoga: la voie du Contrôle du corps et de l’esprit ou voie Royale (raja = royal)

Pantanjali, auteur des Yoga Sûtras, un des textes fondamentaux dans la philosophie du yoga a formulé une science du mental en un système clairement défini, qu’il a nommé Raja Yoga ou Ashtanga Yoga (ashta = huit). Cette voie a pour but le contrôle du mental, par le contrôle du corps et par la méditation. Or pour atteindre la paix intérieure, Patanjali préconise huit étapes:

Les Yamas (ce dont nous devons nous abstenir):

– Ahimsa ou la non violence

– Satya ou la recherche de la vérité

– Asteya ou ne pas voler

– Bramacharia ou l’abstinence

– Aparigraha  ou ne pas accumuler les biens

Les Niyamas (ce que nous devons faire):

– Saucha ou la pureté, la propreté

– Santocha ou le contentement

– Tapas ou l’austérité

– Svadhyaha ou l’étude des écritures et de soi

– Ishvara Pranidhana ou l’abandon du fruit de ses actions

Asanas ou le controle du corps

Pranayama ou la régulation de la force vitale

Pratyahara ou le retrait des sens

Dharana ou la concentration

Dhyana ou la méditation

Samadhi ou l’état de superconscience

Toutes ces étapes sont importantes et l’ordre dans lequel elles apparaissent ne sont pas anodines. Ainsi, pour pouvoir progresser par la méditation, il faut auparavant purifier son esprit et son corps. 

Jnana Yoga: la voie de la Connaissance

Jnana signifie sagesse, connaissance; mais pas au sens scolaire du terme. Pour le yogi, la connaissance n’est pas intellectuelle, elle se vit et se ressent à chaque instant. Dans la philosophie du yoga, Brahman est l’Absolu, la source de tout, l’Universel, l’Eternel, la Réalité. Et à contrario, est irréel le monde dans lequel nous vivons, qui n’est qu’illusion et impermanence. Notre monde est limité, c’est une illusion: ce que la philosophie nomme Maya. Or le Jnana Yogi s’attache à connaitre (à expérimenter) Brahman et cherche à se détacher de son corps, son statut social, et ses émotions.

Il s’agit là d’une véritable discipline et pour y parvenir le yogi a quatre moyens qu’il va mettre en oeuvre:

– Viveka: la non-discrimination – distinguer le Soi de l’ego

– Vayragya: le détachement / le non-attachement

– Shad-Sampat: 

– Sama: la sérénité

– Dama: le contrôle des sens

– Uparati: la simplicité dans son mode de vie

– Titiksha: le pouvoir d’endurance

– Sraddha: la foi en la justesse de la pratique

– Samadhana: la concentration

– Mumukshutva: désire profond de se libérer du cycle de la réincarnation

Chacun d’entre nous aura une préférence pour une voie ou une autre en fonction de notre personnalité, mais pour ma part je crois qu’il est important d’essayer de suivre les quatre pour une pratique intégrale, car elles se complètent toutes. Ainsi, considérant ces quatre voies, nous ne pouvons que nous réjouir de tout ce qu’elles ont à nous offrir. Il ne tient qu’à nous d’aller les explorer…

Namasté